Entrez dans la danse ! célèbre les folklores en mouvement

Intriguée par l’affiche représentant le rituel de la Chèvre, une tradition ancienne en Roumanie, je suis allée voir l’exposition « Entrez dans la danse ! » à la médiathèque du Grand M. (Toulouse). Après avoir traversé un parc désert entouré de barres d’immeubles un peu tristes, je suis entrée dans un monde surprenant : celui d’un espace de calme et de lecture qui célèbre le mouvement et la danse.

fc34ccffef8049d8865eb539c4f90f86
Affiche représentant le rituel de la Chèvre en Roumanie

Le personnel a fait le choix de la diversité en exposant différentes œuvres de la réserve du musée des Abattoirs : photographie, dessin, sculpture, tapisserie, autant de supports et de visions pour parler d’un art qui unit tous les âges et toutes les cultures : la Danse, cette « force de la douceur », écrivait la danseuse et chorégraphe Isadora Duncan, citée dans l’exposition et photographiée ci- dessous.

En entrant dans la médiathèque, j’ai d’abord cherché la photographie qui avait servi d’affiche à l’événement, « Capra din Mălini ».

Elle est issue de la série « Wilder Mann », « l’homme sauvage » en allemand, du photographe Charles Fréger qui a immortalisé les costumes populaires d’une cinquantaine de communautés dans dix-huit pays d’Europe, ses œuvres ayant toutes en commun des traditions liées à la nature et des cérémonies où les humains se transforment en animaux, voire en créatures nées du folklore local. C’est le cas du rituel de la Chèvre, ici photographié dans la commune de Mălini, en Moldavie roumaine.

Les modèles portent un costume coloré et le masque de la chèvre qui, au cours d’une danse accompagnée de musique, est appelée à bondir, mourir, puis renaître. Les portraits de cette série ont tous été pris dans un cadre naturel vide de tout indice d’une présence humaine, comme si l’artiste avait voulu gommer l’origine géographique des rituels pour souligner leur capacité à rassembler. Car la danse est bien une fête qui rassemble, dans les communautés reculées mais aussi au-delà des frontières, autour de thèmes universels comme la renaissance ou la fertilité.

L’exposition fait également le lien avec notre belle ville rose. Au fond de la salle de lecture rayonne l’immense tapisserie intitulée « La Danse » de Marc Saint-Saëns.

Elle fait partie d’une commande de quatre tapisseries pour le théâtre du Capitole, en 1950 : La Musique, La Comédie et la Tragédie, Le Chant, et La Danse. Une commande qui encourage la convergence des arts, car au final, l’art est tourné avant tout vers l’émotion, et quoi de plus universel que le frisson devant la beauté ?

Jusqu’au 29 mars, Entrez dans la danse !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s