L’Ia – éternelle chemise traditionnelle Roumaine

Depuis 2013, le 24 Juin, en Roumanie et partout dans le monde, les Roumains célèbrent la Journée Universelle de l’Ia. C’est aussi le jour où nous, les Roumains on fête «Sanzienele» qui sont, dans la mythologie roumaine, de très belles fées qui vivent sur les champs et dans les bois, et qui donnent aux fleurs des vertus curatives. Mais si les gens ne les célèbrent pas comme il se doit, elles se vengent (peut-être vous connaissez le roman Noaptea de Sânziene/Forêt interdite, écrit par l’écrivain roumain Mircea Eliade).

Mais savez vous ce qu’est l’ia? C’est une chemise pour les femmes, en coton blanc, lin ou en soie, caractéristique du costume traditionnel roumain, décorée, au niveau du cou, de la poitrine et des manches par des jolies coutures inspirées par la nature, aux formes géométriques et/ou des broderies spécifiques à chaque région de la Roumanie.

Dans les temps anciens, l’ia était portée en tant que sous-vêtements pour défendre la porteuse de tous les dangers et de toutes les sorcelleries et les couleurs des coutures représentaient le statut de chaque femme: celles mariées portaient des ias modestes et de couleurs pales, tandis que celles célibataires portaient des coupes et couleurs plus audacieuses pour attirer les hommes en quête d’une femme pour se marier.

Avec le temps, cette chemise est devenue un symbole de la culture roumaine: l’«ia» a été portée par la Reine Maria (la nièce de la Reine Victoria de Grande- Bretagne), et est devenue une inspiration pour Gabrielle Chanel, qui a créé au début des années ’20 des blouses aérées pour les après-midis d’été, mais aussi pour le peintre français Henri Matisse, qui a réalisé l’œuvre «La Blouse Roumaine».

L’ia est montée même sur les podiums pour les défilés d’Yves Saint Laurent (qui en 1981 a créé la collection «La Blouse Roumaine»), mais aussi Kenzo, Oscar de la Renta, Prada, Tom Ford ou bien Jean Paul Gaultier qui ont revisité dans leurs collections les broderies noire de l’ia spécifiques de la région du Sibiu.

Dans le village Ceahlau proche de la ville Piatra Neamt (située dans le Nord Est de la Roumanie) vit Maria Aflorii, 77 ans.

Elle a recommencé à coudre après qu’en 2011 tous les costumes traditionnels qu’elle avait reçus comme héritage de sa mère ont brûlé dans un incendie…

Toute une vie parti dans les flammes, devenue poussière. Mais elle ne s’est pas laissé abattre par cet épisode, même pas par son age ou par sa cataracte et elle a repris la couture à la main de l’ia. Pour sa fille, pour sa nièce, et pour même moi. Et je serai la plus heureuse du monde de porter une IA qui vient de ma ville natale et qui a été faite par les mains de Maria.

De New York à Vienne, de Toronto à Londres, de Madrid à Amsterdam, de Paris à Milan, de Toulouse à Piatra Neamt, le 24 Juin on fête les Sanzaiene, on fête l’IA et on est très fières!

Crédit photo : La Blouse Roumaine, detoujours.com, Jolie Belle, Nicoleta Tarantus, Alexiile, Gina Buliga

@Nicoleta

Fêtez la musique !!

Je ne sais pas ailleurs, mais à Toulouse la fête de la musique fait vibrer la ville. C’est une frénésie éléctrique, sur des rythmes de musiques différentes et hautes en couleur à chaque coin de rue. Ce n’est pas un hasard si la ville rose a été choisie pour la deuxième fois consécutive par France 2 pour retransmettre en direct son concert événement sur la Place du Capitole. Les origines de cette fête se trouvent ici même, à Toulouse.

La fête de la musique est d’abord imaginée en 1976 par le musicien américain Joel Cohen qui travaillait alors pour Radio France-Musique. Son projet devient réalité le 21 juin 1976 à Toulouse. Cette idée va être mise en place en France par Jack Lang alors ministre de la cultureSa première édition officielle a lieu le 21 juin 1982. La fête connaît un succès croissant au cours des décennies suivantes qui s’est par la suite complètement internationalisée. Aujourd’hui elle est reprise dans plus de 110 pays sur cinq continents.

La date du 21 juin a été choisie car elle coïncide avec le solstice d’été (donc aussi un des jours les plus longs de l’année). La coïncidence avec l’été symbolise ainsi le sacre de la nature à travers cette journée festive, à l’image des fêtes païennes dédiées à la nature ou aux moissons depuis l’Antiquité – dont la fête de la Saint Jean, des fêtes populaires où un grand feu était allumé toute la nuit du 21 juin. Cette tradition a existé en France jusque dans les années 1990, où la plupart des feux a été interdite pour des raisons de sécurité, des restrictions d’eau ou de protection de l’environnement.

FullSizeRender_5

La Fête de la Musique n’a pas encore atteint dans le monde l’ampleur et la régularité qu’elle a acquises en France, car elle dépend largement de la volonté (et des moyens) des organisateurs associatifs. Cependant, l’évènement est devenu dans certains pays populaire et spontané (Belgique, Suisse, Roumanie ou Amérique latine).

Cette fête a pour vocation de promouvoir la musique de deux façons. Sous le slogan «Faites de la musique ! », elle encourage les musiciens amateurs à se produire bénévolement dans les rues et espaces publics. Grâce à l’organisation de nombreux concerts gratuits, d’amateurs mais aussi de professionnels, elle permet à un public large d’accéder à des musiques de toutes sortes et origines (classique, jazz, rock, traditionnelle, etc.) et même celles chantées dans toutes les langues.

De nombreux établissements sont autorisés à rester ouverts plus longtemps ce soir-là pour accueillir le public, et de nombreuses rues sont fermées à la circulation dans les grandes villes pour laisser la place aux scènes organisées ou improvisées et aux spectateurs qui déambulent d’un spectacle à l’autre. Vous aussi, profitez de cette magie, sortez dans les rues et faites de la musique !!

@Oana